23 janvier 2021

De nombreux Italiens ne seront plus ici à Noël

«Beaucoup d'Italiens ne seront plus (ici) à Noël. Discuter de dîners et de fêtes avec 600 à 700 morts par jour est vraiment hors de propos. » Telles sont les paroles de Francesco Boccia, ministre italien des Affaires régionales.

Le ministre s'est adressé à La Vita à Diretta sur Rai1, en disant: «Jamais comme à ce moment nous ne ressentons le devoir d'éviter une troisième vague. Nous devons encore tenir le coup ce mois-ci. Je ne suis pas d'accord sur les voyages et la réouverture des pistes de ski.

L'Italie doit essayer de s'accrocher, de ne pas perdre «le sens de la communauté» et de se souvenir que «de nombreux Italiens ne seront plus (ici) à Noël». C'est l'invitation qui vient de la ministre Boccia qui est confrontée aux controverses persistantes et aux tensions sociales qui divisent le pays dans cette deuxième vague du coronavirus COVID-19.

Boccia a répondu à la dernière demande des régions qui souhaitent rouvrir les pistes de ski. Il a dit: «Aujourd'hui, il n'y a pas de conditions. La pression de ceux qui veulent un «tout gratuit» pour Noël augmente. »

Aujourd'hui, l'Italie a dépassé la barre des 50 000 morts depuis le début de la pandémie. «Jamais comme en ce moment nous ne ressentons le devoir d'éviter une troisième vague, qui ne signifie pas enfermés à domicile mais permettre aux agents de santé de faire leur travail de la meilleure façon possible», a expliqué Boccia.

Le ministre a demandé une plus grande unité: «Il ne faut pas perdre le sens de la communauté, ce qui est ressorti de la première vague et qui nous a également permis de démontrer que le pays a une très forte capacité de réaction. Je sais que c'est difficile – pour les familles, pour les enfants qui vont à l'école, pour les agents de santé et pour nous tous – mais nous devons encore tenir le coup ce mois-ci, nous devons nous tenir la main, et je suis sûr que nous gagnerons et sortir plus fort qu'avant. Mais il ne faut pas se laisser décourager et perdre le sens de la communauté qui fait de l’Italie le pays exceptionnel qu’elle est.

Le ministre des Affaires régionales a appelé à la prudence à cet égard en vue du prochain DPCM (Arrêté ministériel) que le gouvernement s'apprête à lancer et de la discussion sur les éventuelles mesures ad hoc prévues pour les vacances de Noël, passant d'une région à l'autre, par exemple. «Bien sûr, je suis fermement opposé à des mouvements comme ceux qui ont eu lieu cet été», a expliqué Boccia. Les erreurs commises sur les plages et les pistes de danse ne doivent pas être répétées maintenant.

Peter Gomez, directeur d’Il Fatto Quotidiano, a déclaré ceci: «Je trouve irréel qu’après que tout le monde ait compris que l’une des causes de la propagation du virus était les vacances de cet été, nous pouvons penser à retourner sur les pistes de ski. Nous savons tous ce qu'implique le ski; impossible d'aller skier sans entrer dans un bar, une cabane. Monter dans un téléphérique, c'est comme prendre le bus, sauf que nous prenons les transports en commun pour le travail, le ski est amusant. Le réalisateur s'est ensuite penché sur le thème de ceux qui ont protesté et demandé des garanties: «Ceux qui travaillent dans les établissements d'hébergement sont légitimement concernés, ils doivent être rafraîchis.

Il a conclu en disant: «Afin que nous puissions faire des plans pour dire essayons de rouvrir en toute sécurité quand nous le pouvons, c'est très bien. Mais si quelqu'un pense qu'il est possible d'aller skier à Noël comme si de rien n'était, c'est une pensée idiote.

«Et il est sérieux que certains présidents ou conseillers régionaux en parlent en ce moment. La chose surprenante est que le Piémont et la Lombardie qui sont totalement dans le chaos soutiennent cette demande. Le font-ils pour finalement rejeter la faute sur le gouvernement de Rome si les choses tournent mal? »

#rebuildingtravel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *