Luis Gallego, PDG de Groupe de compagnies aériennes internationales (IAG), a demandé au Commission européenneun accord équilibré dans la décision d’achat d’Air Europa, « qui protège suffisamment le compétencela connectivité aérienne de l'Espagne, augmenter le La compétitivité de l'Europe et garantir le choix du consommateur. En fin de compte, convertissez Madrid-Barajas dans le super moyeu du sud de l'Europe ça devrait être ».

Avec ces mots, le dirigeant du groupe hispanique britannique a fait référence à l'opération d'achat d'Air Europa, lors de son discours devant le Assemblée générale des actionnaires de l'IAG, qui s'est tenue ce mercredi à Madrid.

Concernant le rachat d'Air Europa par le groupe, toujours sous surveillance de Bruxelles, Gallego a assuré qu'à l'heure actuelle, ils continuaient à avancer avec la Commission européenne, après avoir présenté leur proposition de remèdes le 10 juin dernier

Dans sa dernière offre à CE, Iberia a proposé les noms de six compagnies aériennes comme candidates pour exploiter le machines à sous renoncer à ce qui serait sa sixième compagnie aérienne pour garantir la concurrence sur les routes qui concernent l'Exécutif communautaire –Avianca, Binter, Iberojet, Ryanair, Volotea et Un monde à voler-.

Les aspirants au machines à sous

Justement, ce mardi, Volotea a annoncé la création d'un coentreprise avec le groupe Abra, auquel appartiennent des compagnies aériennes sud-américaines comme la compagnie aérienne colombienne Avianca et le Brésilien butdétecter opportunités commerciales et opérationnelles conjointement, en gardant à l'esprit machines à sous de quitter Air Europa pour sa fusion avec Iberia.

«Grâce aux opérations complémentaires court-courrier de Volotea et aux opérations long-courriers et intra-américaines des compagnies aériennes Grupo Abra, l'alliance est un solution globale alternative se comporter comme preneur de remèdesoffrant aux voyageurs européens et latino-américains davantage d'alternatives à de meilleurs prix », a déclaré le PDG et fondateur de Volotea, Carlos Muñoz.

Et les dividendes ?

Après l'intervention du PDG, au cours de laquelle il a passé en revue les résultats de groupe et chacune de ses compagnies aériennes, un point très attendu a été laissé de côté : le distribution de dividendes aux actionnaires dans le cadre de ce bilan 2023.

Le conseil d'administration a approuvé la proposition du conseil d'appliquer le résultat de l'année dernière d'un perte de 22,75 millions d'eurosen prenant uniquement en compte le chef de la société holding.

IAG avait dividende suspendu en 2020en raison de l'impact de Pandémie de covid-19 dans le secteur du transport aérien, l'épisode le plus critique que l'aviation ait connu, et il a été spéculé que la rémunération reprendrait à partir des résultats de 2023.

Le Conseil a arrêté les comptes annuels de l'exercice 2023, année au cours de laquelle le groupe a enregistré un bénéfice consolidé de 2 655 millions d'eurossix fois plus qu’en 2022.

Il a également ratifié la nomination de Bruno Matheu en tant qu'administrateur non exécutif propriétaire, sur proposition de Qatar Airwayspremier actionnaire du groupe, en remplacement de Giles Agutter.

De même, ils ont été réélus en tant qu'administrateurs Javier Ferrán (président), Luis Gallego (PDG), Peggy Bruzelius, Eva Castillo, Margaret Ewing, Maurice Lam, Heather Ann McSharry, Robin Phillips, Emilio Saracho et Nicolas Shaw pour la durée statutaire d'un an, sur proposition de la Commission des nominations.

Informations connexes :

– Volotea et Avianca, les « preneurs de remèdes » dans la fusion entre IAG et Air Europa ?

– Iberia augmente de 12% le transfert des fréquences d'Air Europa vers les concurrents

-Bruxelles fixe le 20 août pour se prononcer sur le rachat d'Air Europa

-Les six compagnies aériennes auxquelles Iberia propose de transférer les routes d'Air Europa

– Iberia et Air Europa peuvent créer l'opérateur fort qui anime Madrid

★★★★★