« Nous ne pouvons pas grandir pour grandir », a déclaré aujourd'hui Gabriel Escarrer, président d'Exceltur et PDG de Meliá Hotels International. C'est pour cette raison que « nous devons gérer le secteur et ne pas mourir de succès ». Dans cet objectif, le lobby touristique a présenté le « Manifeste pour un tourisme ciblé, responsable, inclusif et régénérateur. »

Escarerer a valorisé le grand contribution du secteur du tourisme à l'économie espagnole. Il a souligné que dans le les 10 dernières années, Malgré la pandémie de Covid, cela signifie 24% de croissance du PIB et a avancé que en 2024, il apportera 200 milliards d'euros. Mais une fois la crise sanitaire passée et « après deux années de prospérité, Il est temps de remettre de l'ordre et de remettre en question la croissanceet non pas grandir pour grandir », a-t-il déclaré.

Pour y parvenir, il faut le engagement commercial, les administrations publiques et la société. Avec cet objectif, ils lancent ce manifeste, qui est la base du projet « Bon tourisme »une marque sous laquelle ils mèneront différentes initiatives pour mobiliser et promouvoir les adhésions des agents publics et privés de cette industrie.

Exceltur a créé la marque « Le tourisme bien. Le tourisme que nous voulons tous » comme base du projet qui vise à impliquer l'ensemble du secteur dans un plus grand engagement en faveur d'un modèle durable. Source : Exceltur

Soutien à l'industrie

Le document a le soutien des employeurs du secteur Le CEAV, le CEHAT, Feneval et l'ALA, présents à la présentation, ainsi que le Secrétaire d'Etat chargé du Tourisme. En effet, le chef de ce département, Rosario Sánchezqui a également participé à la réunion, a souligné que ce document « est aligné sur le philosophie du gouvernement espagnol concevoir conjointement la meilleure stratégie pour un tourisme équilibré. Parce que nous partageons avec le secteur que le tourisme doit continuer à être perçu comme une source de prospérité et de richesse. « Des mesures et priorités concrètes doivent être introduites. »

La secrétaire d'État au Tourisme, Rosario Sánchez, ainsi que des représentants des principales associations patronales du secteur, ont assisté à la présentation du manifeste. Source : X (anciennement Twitter) du secrétaire d'État au Tourisme.

Pourtant, « Nous apprécions de manière très positive la démarche franchie par Exceltur aujourd’hui exprimant publiquement son engagement, en tant que représentant des entreprises qui composent l'alliance, en faveur de la durabilité environnementale et sociale du tourisme », a ajouté le secrétaire d'État.

« Dans l'esprit le plus constructif », comme le souligne le vice-président exécutif d'Exceltur, José Luis Zoreda, ce manifeste représente une feuille de route et un engagement à reformuler le secteur et à tenter de réorienter « le problème que notre une croissance touristique incontrôlée« .

Le manifeste comprend 80 propositions qui sont regroupées dans ce document – qui peut être téléchargé– avec les « Les 10 principes de base » :

José Luis Zoreda, vice-président exécutif ; Gabriel Escarrer, président, et Ósca Perelli, directeur des études et recherches d'Exceltur, ont présenté le manifeste ce mercredi. Source : Hosteltur.

« Nous avons finalisé 80 propositions d'action dans cinq axes, liés à la saturation, à la gentrification, à l'emploi, à l'environnement et à la gouvernance. Le manifeste est ouvert à tous les acteurs du secteur et aux agents sociaux qui souhaitent les enrichir et participer activement au projet Turismo Bien », a expliqué Gabriel Escarrer.

« Nous voulons renforcer la collaboration public-privésur une gouvernance mieux structurée, qui permette le plus grand participation citoyenne et évoluer vers un tourisme respectueux et ordonné qui garantit la croissance la plus durable et la plus souhaitable : le tourisme que nous voulons tous », a-t-il ajouté.

Entre autres mesures, il propose un Pacte d'État pour le tourisme, qui est ensuite transféré aux administrations régionales et locales. Exige qu'il soit mis fin à l'intrusion dans tous les domaines d'activité, depuis les soi-disant taxis pirates jusqu'aux guides qui offrent des services sans qualification officielle ou aux fêtes illégales, entre autres.

Un autre grand défi à résoudre de toute urgence est la croissance des logements à usage touristique sans aucun contrôle, en plus des excès du tourisme. En ce sens, ils demanderont au les voyagistes qui amènent des visiteurs en Espagne Ils essaient de sensibiliser leurs clients à la nécessité d'être respectueux des destinations qu'ils visitent.

Actualités connexes

– Exceltur salue l'initiative du gouvernement sur les locations touristiques

– 10 priorités pour affronter l'avenir du tourisme, selon Exceltur

– Malaga et Cadix se joignent aux manifestations contre la surpopulation touristique

– Que se passe-t-il avec les locations de vacances cet été ?

★★★★★