Quelque 2.800 personnes, selon la Garde urbaine, ont manifesté ce samedi le long de la côte de Barcelone pour exiger des limites au tourisme et dénoncer l'impact négatif de la surpopulation sur les habitants de Barcelones en augmentant les prix de l'immobilier et en provoquant l'expulsion des habitants de leurs quartiers. Plus de 140 entités dans la villeparmi lesquels des associations de quartier, des environnementalistes, des mouvements de défense du logement et des syndicats, ont appelé à la marche pour exiger un changement de cap dans le modèle touristique actuel.

Sous la devise « Prou! Posem limite le tourisme » (Assez ! Mettons des limites au tourisme), les associations organisatrices ont dénoncé dans le manifeste que le modèle économique basé sur un tourisme de masse « Cela génère une dépendance économique à l'égard d'un secteur très volatil » et « oblige l'administration à prendre des décisions centrées sur le bénéfice de l'industrie du tourisme et de la restauration » au lieu de se concentrer « sur l'urgence du logement ».

Face à cette situation, ils exigent l'arrêt immédiat du « tourisme », avec la mise en place d'un « plan de réduction du tourisme« ce qui a pour conséquence la réduction du poids économique de cette activité dans la ville, accompagnée d'une autre diversification de l'économie.

Non à l'agrandissement de l'aéroport et aux macro-événements

Entre autres mesures, ils exhortent les différents gouvernements « à agir et à mettre un terme à la promotion du tourisme avec l'argent public », et exigent également de stopper l'expansion des infrastructures – le port et l'aéroport – et les macro-événements comme la Copa América. De même, ils exigent une réduction de l'offre d'hébergement touristique et du nombre de croisières, ainsi que l'amélioration des conditions de travail dans le secteur du tourisme et la limitation des terrasses.

Les appartements touristiques en toile de fond

Le maire de Barcelone, Jaume Collboni, a répondu à la manifestation par une publication sur son compte du réseau social X dans laquelle il assure que son « engagement à limiter la surpopulation touristique et ses conséquences dans la ville » est « ferme ».

« Notre volonté et notre engagement pour limiter la surpopulation touristique et ses conséquences dans la ville sont fermes. Cela se reflète dans les mesures que nous avons prises et continuerons à mettre en œuvre », a-t-il souligné, tout en défendant un « modèle équilibré et durable qui profite à tous ». « .

Parmi ces mesures, il a énuméré les volonté de supprimer 10 000 appartements touristiques de les rendre à un usage résidentiel ou d'augmenter la taxe de séjour en supplément à 4 euros par nuit, ainsi que de limiter le nombre de bateaux de croisière.

Une manifestation dans le même but, pour dénoncer le tourisme de masse, a eu lieu dans l'après-midi à Gérone. Ces manifestations suivent le chemin des marches massives qui ont eu lieu récemment dans d'autres villes du pays. Andalousie, îles Canaries et îles Baléares.

Actualités connexes :

La réponse des îles Canaries aux critiques sur la surpopulation touristique

-Barcelone allouera 44 millions d'euros pour atténuer la saturation touristique

– Surpopulation touristique : c'est ainsi que les manifestations se poursuivent en Espagne

– Surpopulation touristique : quelles mesures les destinations proposent-elles ?

– Manifestation d'environ 10 000 personnes à Palma contre le surtourisme

-L'inconfort du tourisme atteint-il toutes les destinations espagnoles ?
– Gestion de destinations dans les grandes villes européennes

★★★★★